Migrants à Calais : Ordonnance du juge des référés au tribunal administratif de Lille

Le préfet du Pas-de-Calais, Fabien SUDRY, prend connaissance de l’ordonnance du juge des référés du Tribunal Administratif de Lille rendue ce jour concernant la prise en charge des migrants à Calais.

Il observe avec satisfaction que le juge a considéré qu’il n’y avait pas lieu de créer à Calais de dispositif dérogatoire d’hébergement d’urgence inconditionnel pour les migrants. Ainsi, le juge considère que la création d’un centre d’accueil d’urgence n’apparaît « ni indispensable, ni souhaitable ».

Il note également que la demande des requérants de créer des centres de distribution alimentaire a été rejetée puisque les distributions de repas par les associations ne sont pas interdites Il constate enfin que le juge confirme la nécessité de ne pas réinstaller à Calais de guichet unique de demande d’asile qui conduirait « à attirer à Calais d’autres demandes d’asile », et considère que les maraudes mises en place à l’attention des
demandeurs d’asile offrent une information satisfaisante.

Ainsi, les principales demandes des associations qui auraient conduit à la création de points de fixation et donc à terme à la formation d’un nouveau camp, ont-elles été rejetées.

Sur les autres points – qui méritent d’en examiner le bien-fondé – l’Etat se réserve le temps de l’analyse afin d’en déterminer les suites juridiques.

Les demandes du juge ne sauraient avoir pour effet de reconstituer un cadre permanent d’installation de migrants en situation irrégulière.

Le préfet rappelle que les services de l’Etat sont attachés à apporter aux migrants une réponse digne, en prenant en compte la situation des publics vulnérables, mais en évitant une concentration sur Calais et la reconstitution de campements. En aucun cas, ces campements ne correspondent à une prise en charge digne.

Partager: