La Préfète interdit toute manifestation revendicative en lien avec la question des migrants, à Calais et dans plusieurs communes du calaisis, le samedi 1er octobre 2016

A la suite de la déclaration de manifestation de la « Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants (CISPM) » qui envisage d’organiser un rassemblement sur le campement de la Lande suivi d’une manifestation en direction du centre-ville de Calais le samedi 1er octobre 2016, la Préfète du Pas-de-Calais a pris ce jour un arrêté portant interdiction de toute manifestation  revendicative en lien avec la question des migrants, à Calais et dans plusieurs communes du calaisis (Sangatte, Coquelles, Fréthun et Marck-en-Calaisis), pour l’ensemble de la journée du 1er octobre 2016.

Plusieurs motifs ont amené la Préfète du Pas-de-Calais à prendre cet arrêté :

  • le 23 janvier 2016, une précédente manifestation des collectifs de soutien aux migrants parmi lesquels la « CISPM » et le collectif parisien « Solidaires Migrants » avait été le théâtre de nombreux débordements et troubles graves à l’ordre public dans le centre-ville et le Port de Calais où plusieurs dizaines de migrants aidés d’activistes « No Border » avaient pénétré avec violence et en force à bord du navire « Spirit of Britain » de la Compagnie « P&O Ferries » ;
  • le risque d’affrontements entre extrémistes d’ultra-gauche et d’ultra-droite présents dans le Calaisis en marge de cette manifestation, qui ne peut qu’exacerber les tensions sur la crise migratoire ;
  • la très forte mobilisation des forces de l’ordre pour lutter contre l’immigration clandestine et prévenir la menace terroriste qui ne permet pas de dégager des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité du cortège ;

Dans ces circonstances, la Préfète du Pas-de-Calais a considéré que seule l’interdiction de toute manifestation est de nature à prévenir efficacement les troubles à l’ordre public susceptibles d’intervenir.

La Préfecture du Pas-de-Calais souligne par ailleurs que tout contrevenant à cette interdiction est passible de sanctions pénales prévues aux articles 431-9 et R. 610-5 du code pénal ainsi qu’à l’article 13 de la loi du 3 avril 1955.

Communiqué de presse de la Préfète du Pas-de-Calais du 30 septembre 2016.

Partager: